Trois cordes pour deux conteurs

un film de ZHANG Wenqing // jeudi 26 janvier à 18h30 à la Mairie du 3ème Ardt

La très ancienne tradition des conteurs se déplaçant de vallée en vallée en apportant les dernières nouvelles a tendance à se perdre. Un couple expérimenté dans cet art de la rue, Cai Ying Mu et son mari Gai Ming He, ne joue plus qu’à la demande. Mais quand le haut-parleur d’un autre âge annonce la représentation, les paysans des vallées perdues du nord de l’empire du Milieu se rassemblent, écoutent et ont toujours le même plaisir à s’évader dans leurs histoires.

Hélas, les spectacles se font de plus en plus rares, et vivre de son art est de plus en plus difficile. Mu accuse son mari d’être à l’origine de tous les maux de leur existence et elle lui en veut de ne pas envisager un avenir meilleur pour leurs enfants. Mais, comme Hu s’entête à vouloir transmettre l’art du trois-cordes à ses descendants, elle prend le taureau par les cornes et monte sa petite affaire, un restaurant ambulant, où elle propose aux habitants de la bourgade des abats d’agneau grillés. He se résout à donner un coup de main à sa femme pour installer son étal et, de temps en temps, il offre également ses services de porteur à d’autres tôliers. Cependant, il ne veut pas lâcher le morceau et continue à prospecter pour faire tourner le spectacle…

Nous les retrouvons dix ans plus tard, réunis en famille : les enfants, désormais mariés, sont devenus à leur tour parents. Liang, le fils, est cuisinier ; Jing, la fille, est esthéticienne. Après le repas, on embarque le matériel. Le couple se produit aujourd’hui dans une communauté d’une vallée voisine. Si la troupe s’est agrandie – le duo est désormais accompagné de jeunes musiciens -, le public est moins nombreux et moins enthousiaste qu’auparavant sur les places de village. Néanmoins, le spectacle a bien lieu, et notre couple original adapte les histoires aux réalités d’aujourd’hui. La tradition des conteurs reste donc vivante. La Chine ancestrale semble résister aux assauts de la modernité.

Cliquez ici pour voir : Trois cordes pour deux conteurs (extrait)

Publicités