Maison des Trois Thés

Maître Tseng

Maître Tseng est réputée dans le monde du thé comme l’un des plus grands experts. Son domaine de compétence s’étend de la plantation au produit fini. En Chine, où le thé est encore un marché d’état, elle sélectionne et achète la feuille sur pied, puis établit le cahier des charges et orchestre la fabrication du thé. C’est en 1995 qu’elle décide d’ouvrir à Paris la plus grande cave à thés au monde : La Maison des Trois Thés. Plus de 1000 thés y transitent par an, faisant de cet établissement un véritable conservatoire rassemblant de grands crus, et des variétés peu connues voire tombées en désuétude.

En s’installant en Europe, Maître Tseng a trouvé, comme elle l’espérait l’appui de la gastronomie occidentale et de ses leaders d’opinion. Elle a ainsi pu préserver un savoir-faire vieux de plus de 3000 ans. Elle a su imposer, grâce à la qualité de ses partenariats, le thé comme produit de bouche noble et fait découvrir aux grands noms de la gastronomie, la complexité, la richesse et l’étendue aromatique de cette boisson.

Réputée pour l’excellence de son nez et de son palais, Maître Tseng forme les plus grands de la parfumerie, la sommellerie et la gastronomie, sur un produit où les notions de climatologie, de terroir, de millésime, de variété, d’âge du théier, et de savoir-faire prennent tout leur sens.

Thé Kang Zhuan millésime 1992

Fait très rare, on connaît le mois et l’année exact de fabrication de ce thé lorsqu’on découvre une indication en tibétain et chinois sur une étiquette cachée entre deux des vingt briques de 500g contenues dans une natte. En provenance du Sechuan et fabriqué dans le Gui Zhou, ce thé était destiné à la consommation des Tibétains qui le préparaient jeune mélangé au beurre de yack et à la tsampa, une farine d’orge grillée. Il constituait un complément alimentaire précieux pour les nomades.

Cette pièce de 10kg a vieilli pour sa part à plus de 4000 mètres dans un monastère sur la route du Tibet dans un milieu sec et froid. Ces conditions particulièrement favorables en font une liqueur exceptionnelle aux notes de girolles fraîches, de morilles séchées, de légumineuses comme la pomme de terre cuite à l’eau dans sa peau, de légumes comme le céleri, le panais, mais aussi la toile de jute, le bâton de réglisse. Les connaisseurs apprécieront sa transparence nacrée et ses tanins fondus.

Publicités

Les commentaires sont fermés.